Les 107 saisons du moulin Froment

À DÉCOUVRIR Un moulin à huile traditionnel
Les 107 saisons du moulin Froment
LES VANS
Le moulin Froment, moulin à Mille d’olive traditionnel, est l’un des pôles d’attraction du pays des Vans, Il se visite toute l’année, mais en ce moment il fonctionne I Il a entamé jeudi sa 107° saison, et c’est un bonheur de voir et entendre  » le moulinier des-faire las olives « , comme dit Albert Froment en patois occitan. Le moulin a été ouvert en 1900 par Marius Froment dans les locaux d’une menuiserie. il était actionné par une machine à vapeur qui, hors saison, faisait tourner une scie battante et, plus original et moins connu, . alimentait six étuves où venaient se prélasser les belles bourgeoises de l’époque. « Mon arrière grand-père Marius, c’était un dégourdi ! r, commente malicieusement Albert, 81 ans, pas trop maladroit lui non plus. Gaston, fils de Marius, prend le relais après 1918. Le moulin est déjà électrifié, et la machine à vapeur ne sert plus alors qu’à actionner la meule. Albert, né en 1925, fils de Gaston et Philomène, travaille au moulin depuis l’en-lance, et son père le lui confie en 1950. Commence alors une période de modélisation, si le matériel évolue, la technique demeure traditionnelle, ce dont beaucoup se félicitent. Le moulin Froment continue à presser de mi-novembre à mi-janvier ses trois à quatre tonnes

Albert Froment (à gauche), 81 ans, toujours aux commandes de son extraordinaire moulin à huile d’olive.
d’olives par jour, avec des rendements identiques; voire supérieurs à ceux des moulins modernes, dits  » continus ». Toutes les huiles du Moulin Froment sont  » de première pression à froid » (lire par ailleurs), une appellation à laquelle seuls les moulins de ce type ont droit. Le moulin a d’ailleurs obtenu en 2003 et 2004 le Grand Prix des consommateurs de Provence. Albert Froment est bien entendu membre  » capé  » de la Confrérie des chevaliers de
l’olivier des Vans. Il fait autorité dans le petit monde de l’oléiculture, sans rien perdre ni de son indépendance ni de son franc-parler. Jovial, un brin nostalgique parfois, bougon quand les circonstances l’exigent, il est avant tout un homme de cœur, tendre et généreux. À découvrir absolument. Marc-PLOSSARD
POUR EN SAVOIR PLUS Moulin Froment. 10, Route des Cévennes (Route de Villefort), 07140 Les Vans. 04 75 37 34 88.
RENDEMENT ■ Une  » pile  » correspond à 250 ou 300 kg d’olives prêtes à être pressées. Le producteur qui en apporte cette quantité sera assuré de repartir avec l’huile de ses propres olives, alors que les petites quantités devront être regroupées jusqu’à constituer une  » pile « . Les rendements sont variables en fonction de la qualité des olives. Il faut compter en moyenne 5 à 6 kg d’olives pour un litre d’huile.
JUSQU’EN JANVIER ■ La saison dure de mi-novembre à fin janvier, et c’est à la fois un dur labeur et un temps de chaleureuses retrouvailles, qui fleurent bon le terroir occitan. Outre son fils Alain, Albert est assisté cette année de quatre employés.
Comment ça marche ?
les  olives sont broyées mi cuveau en inox. La pâte obtenue est transférée pierre dans7rrs sans fin dans un malaxeur-sourieur. Elle est alors travaillée avant d’être étalée sur des soutins de nylon tressé, appelés  » diaphragmes « , qui sont mis en  » piles  » pour être pressés. La presse ancestrale à vis a été remplacée par des presses hydrauliques, puis à partir de 1971 par une super-presse à 400 kg/cm. L’huile repose ensuite dans un bac de décantation, avant d’être filtrée et passée à la centrifugeuse pour éliminer toute trace d’eau. La puissance de la presse rend totalement superflue une deuxième pression, telle qu’on la pratiquait naguère à chaud.

.

0 0 4 6 5 6